Présentation du Travail de Byron Katie

Le Travail de Byron Katie est une démarche simple et très efficace qui nous invite avec une grande clarté à identifier et questionner nos pensées stressantes et à trouver ainsi la paix avec ce qui est. Sa méthode de questionnement des pensées nous conduit de manière rigoureuse et bienveillante, avec respect  et humour parfois, à découvrir nos blocages intérieurs et à (re)trouver ainsi une vie libre et heureuse. Comme elle aime souvent le rappeler : "une vie de dépendance n'est pas une vie". 

Le fondement du Travail : juger son prochain par écrit

"Depuis des milliers d’années, on nous dit de ne pas juger et pourtant c’est ce que nous faisons constamment.

Nos jugements portent par exemple sur ce que devraient faire nos amis, ce à quoi nos enfants devraient s’intéresser, ce que nos parents devraient penser, faire ou dire.

Plutôt que de réprimer ces jugements, dans le cadre du Travail, nous les utilisons comme point de départ pour la compréhension de soi. En laissant le mental s’exprimer sur le papier, nous découvrons grâce aux gens autour de nous qui nous servent de miroir ce que nous n’avons pas encore réalisé à notre propre sujet."

                                                                                        Byron Katie

Byron Katie

Ce qui me séduit dans le Travail est qu'il ne requiert rien de plus qu'un esprit ouvert. Si l'expérience montre que dans les premiers temps, l'aide d'une personne expérimentée est nécessaire, très rapidement, les personnes qui en découvrent la valeur se mettent à en faire une pratique régulière et personnelle pour faire face aux événements contrariant du quotidien. Plutôt que d'allumer la TV, que de boire un verre, que de nous brancher sur "radio négativité" ("ça ne changera jamais", "la vie est trop dure", "maintenant c'est trop tard"), que de nous séparer des gens que nous aimons ("ça ne peut plus durer", "je ne le supporte plus"), nous nous surprenons alors à nous mettre sur notre fauteuil préféré et à pratiquer le Travail! Les bénéfices et retournements de situations sont souvent surprenants. Nous apprenons ainsi à nous donner ce que nous attendons bien souvent des autres : "être compris, être aimé, soutenu". Et à partir de ce positionnement nouveau, beaucoup plus adulte, il est alors plus aisé d'interagir avec les autres de façon libre, authentique et bienveillante. 

Faire le Travail

fascicule travail.jpg

Un extrait du livre Aimer ce qui est. Vous y trouverez l'essentiel pour vous mettre au Travail.

Le Travail se fait en deux étapes : 

1. Mettre par écrit vos jugements au sujet d'une situation stressante de votre vie à l'aide la feuille "jugez votre voisin". 

2. Effectuer une investigation de chaque jugement à l'aide des 4 questions et des retournements. 

Les quatre questions et les retournements du Travail de Byron Katie.

1. Est-ce vrai ? 

La réponse est soit « oui » soit « non ». Il ne s'agit pas de forcer la réponse. Si après un moment de méditation, aucune réponse claire n'apparaît, je vous suggère de passer à la suivante et éventuellement de revenir à cette question à la fin du Travail. Si c’est un « non » clair qui apparaît, passez directement à la question 3.

Par rapport à cette notion de vérité, il s'agit de rencontrer ce qui est vrai pour nous dans la situation. Cela demande donc un esprit ouvert et la bonne volonté de remettre en question ce qui dans un premier temps nous apparaissait être une certitude. C'est l'occasion de réviser son jugement, ce que nous ne sommes pas en mesure de faire en situation de stress.    

 

2. Pouvez-vous absolument savoir que c’est vrai ? 

De même, la réponse est simplement « oui » ou « non ».

3. Comment réagissez-vous quand vous croyez cette pensée ?

Observez vos réactions (et non les deviner) au niveau :

- des émotions

- des sensations, ressentis corporels

- des images : le mental réagit en termes d'images passé (souvenirs) et/ou futur (anticipations)

- des comportements : types addictions

- la façon dont vous vous comportez vis-à-vis de la personne impliquée dans la situation,

- la façon dont vous vous traitez vous-même

Nb: Il s'agit avant tout de faire une investigation, c'est-à-dire d'observer la scène avec un certain recul, avec attention, et de décrire. Je vous invite à noter vos réponses par écrit. Cela peut vous aider à ralentir le mental qui a tendance à aller très vite, à survoler les questions. Prenez votre temps : la meilleure façon d'aller vite est de prendre son temps! Profitez du voyage, des découvertes que vous faites. Prenez du plaisir à ce Travail. 

4. Qui seriez-vous sans cette pensée ? 

Imaginez-vous dans la même situation, sans cette pensée. Observez vous, observez la personne présente, connectez vous à la situation jusqu'à sentir un mouvement de bienveillance envers l'autre et envers vous-même. Soyez doux et patient envers vous-même. Encore une fois, il ne s'agit pas de deviner la réponse.  

Les retournements et leurs exemples

a. Retournement vers soi : Trouvez des exemples dans lesquels vous vous faites à vous-même ce que vous accusez l’autre de vous faire.

b. Retournement vers l’autre : Trouvez des exemples dans lesquels vous faites à cette personne ce que vous l’accusez de vous faire à vous.

c. Retournement à l’opposé : Trouvez des exemples authentiques et spécifiques du contraire de votre croyance de départ.

Trouvez tous les exemples possibles montrant comment chaque retournement peut être aussi vrai sinon plus vrai que la croyance de départ.

Un exemple d'une de mes investigations

Pensée stressante : si je dis non, il va mal le prendre

La situation : invitation à une soirée à laquelle je souhaite donner un non honnête sans avoir une "bonne excuse" : "j'aurais aimé mais ça tombe vraiment mal car ça tombe justement le week-end où j'ai une formation". 

 

Pour que vous puissiez vous-même faire l'expérience du Travail, je vous invite à trouver une situation similaire dans votre vie et à faire le Travail avec moi.

NB: il ne s'agit pas de chercher les réponses ou de les deviner mais d'être disponible à ce qui émerge au cours de l'investigation. Pour cela, il est important d'avoir une attitude libre, c'est-à-dire sans attentes de résultats particuliers. Allons-y...

Q1 : si je dis non, il va mal le prendre : est-ce vrai ? oui. Ce qui me permet de dire oui : références à toutes ces situations passées où j'ai entendu des choses du style : " c'est délicat de refuser une telle invitation", "au fond, si tu dis non, c'est que tu ne l'apprécies pas". Tout ceci m’apparaît avec des images alors que je médite sur la question. 

Q2 : puis-je absolument savoir que c'est vrai ? Non. Cela m'est également montré alors que je médite sur la question.

Q3 : comment est-ce que je réagis, que se passe t-il quand je crois la pensée que si je dis non sans avoir une bonne excuse, il va mal le prendre ? 

Je stresse, je le sens au niveau des épaules, du cœur. Des tensions apparaissent au niveau de la nuque et des épaules. 

Je sens une agitation intérieure très désagréable. Je me vois me lever de ma chaise, aller dans la cuisine manger un morceau de chocolat. 

Je m'observe chercher une excuse valable que je ne trouve pas. 

J'envisage alors deux scénarios possibles :

- moi me forçant à aller là-bas, par peur de le blesser, fermé, faisant semblant d'être content 

- moi lui annonçant mon absence et me sentant coupable, ayant peur de sa réaction.

Je me sens impuissant, je ne vois pas d'alternative. Je m'observe continuer à chercher, me "prendre la tête". 

je me vois chercher sur internet des conseils sur comment "dire non sans que l'autre le prenne mal". Il y a nombre de sujets sur cette question. Je ne suis pas donc le seul à vivre cela!! ça me rassure un instant. Mais en lisant, je vois que toutes les propositions consistent à donner une bonne justification voir un excellent mensonge. Je ne vois rien concernant l'authenticité. je me sens acculé, coincé. 

Je me lève et me dis : "pense à autre chose". 

Q4 : qui serais-je sans l'histoire? je me détends. Tout d'abord, j'apprécie l'invitation et je ressens un réel sentiment de gratitude. ça me donne l'occasion de penser à cette personne avec qui je n'ai pas eu de contact depuis longtemps. Je me demande ce qu'elle devient. Puis, je prend le temps de sentir ce qui résonne juste pour moi, sans attentes particulières, sans pression. Je me donne ce soutien que j'attendais tant des autres : "Il n'y a pas de mauvaise décision. Celle que tu prendras est la bonne. Je te soutiens." Je me détend et peux remercier la personne pour son invitation et lui dire non. Plus de scénarios stressants, juste ma réponse honnête du moment : merci et non ! C'est doux. 

Retournements : 

 

Si je lui dis oui, je vais mal le prendre : je peux voir combien cela est vrai. Si je dis oui alors que ma réponse honnête est un non, je deviens mon propre bourreau! Comment me sentir à l'aise dans ma vie, en confiance si je ne m'écoute pas et ne me respecte pas ?  

Si je lui dis oui, il va mal le prendre : si je dis oui et que je pense non, je lui manque de respect en lui mentant, en ne lui partageant pas ma vérité. S'il l'apprenait, il pourrait mal le prendre.

 

Si je lui dis non, il va bien le prendre : oui, c'est probable. Il y a plus de chances que sur le long terme, il apprécie que je sois authentique. Il est probable qu'il ait plus de maturité que moi à ce niveau et qu'il ne prenne pas les choses autant personnellement que moi. 

Psychologue – psychothérapeute, psychologue

Thibaut de Noblet

Psychologue-Psychothérapeute

12 rue Séré Depoin, Pontoise 

 06 16 15 07 96

Psychologue Pontoise, psychothérapies individuelles et de couple

psychologie psychologue psychothérapie cabinet de psychologie Pontoise